Archives pour la catégorie Politique

Loi spéciale totalitaire

Le conflit étudiant va exploser.

Avec cette loi spéciale, Jean Charest n’a jamais été aussi loin de régler cette crise qui frappe le Québec.

Le barreau du Québec est contre cette loi.
Amnistie internationale est contre cette loi.
Le parti Québécois est contre cette loi.
Les syndicats sont contre cette loi.
La fédération des enseignants est contre cette loi.
Vous êtes contre cette loi.
Je suis contre cette loi.

« Courchesne confirme que porter le carré rouge est une atteinte à la loi 78 et que cette action est passible d’amende. Elle confirme également que les tweets concernant la loi 78 seront analysés de près. » En débat à l’assemblée nationale. Lorsqu’on demande à la ministre Courchesnes si le carré rouge encourage la manifestation? Elle répond: Je laisserai aux juges et aux procureurs juger de la preuve. On lègue la tâche aux tribunaux.

Vulgarisons un peu cette loi: Toute personne qui encourage la grève et la manifestation sera passible d’une amende. Donc, toute personne qui est contre la hausse et qui veut manifester en exprimant son opinion ne pourra plus le faire. C’est à ce moment que ça devient du fascisme, on utilise la loi pour faire taire les contestataire. Une loi totalitaire qui empêche la jeunesse québécoise d’exprimer son opinion pour un enjeu aussi important.

Je crois que cette loi aura un effet tragique et que le mouvement étudiant reprendra beaucoup de vitalité. Ces amendements encouragent la désobéissance civile, les manifestations et la perturbation. Faut-il toujours respecter une loi votée au parlement par la majorité au pouvoir? Sachant que cette loi est votée par un gouvernement néolibérale idéologique. Très rarement, il arrive que des lois soient déraisonnables et injustes comme celle ci. Cette loi est contre le droit de réfléchir et de penser. Cette loi bafoue la liberté. C’est le geste d’un gouvernement qui ne sait plus quoi faire, qui a perdu tout son leadership. Nous pourrions contester cette loi par référendum et elle serait rejeté du revers de la main par la population.

Autre fait important.

Art 22.  »présumé responsable »  et non:  »présumé inonncent » s’il y a cassure! Ex: si un anarchiste extrémiste brise une fenêtre pendant une manifestation pacifique, TOUTE l’association et le mouvement est présumé responsable. Les étudiants, la mère de famille et son enfant peuvent tous être mi à l’amende. C’est une façon de décourager les citoyens à aller manifester avec les étudiants.

Art. 16 Un groupe de 25 manifestant doit donner l’itinéraire à la police, sinon une autre amende.

Le gouvernement libéral de Jean Charest vole la voix du peuple. Cette loi sort du cadre du conflit étudiant, ça va a l’encontre de la liberté, des droits syndicaux et des droits collectifs fondamentaux.

Dans une institution, on vote démocratiquement, ce n’est pas Jean Charest qui va réinventer la démocratie et réécrire la charte des droits et liberté. Ça fait là! C’est anticonstitutionnel, ça remet tout en question.

Cette loi remet en question la légitimité d’une institution universitaire. On vote démocratiquement pour la grève, c’est réfléchi et c’est un enjeu énorme. Le droit de manifester et de s’opposer est essentiel pour toujours améliorer notre société. Maintenant on empêche ce droit aux associations? Sans contestation, il n’y a pas d’évolution.

L’argument du gouvernement est toujours le même:

On ne peut pas empêcher ceux qui veulent aller à l’école d’y aller. On veut protéger le droit fondamentale de ceux qui veulent retourner étudier. Hypocritement, on utilise cet argument pour obtenir la faveur de l’opinion publique. Cet argument est antidémocratique, il crache sur la démocratie institutionnelle. La grève est votée démocratiquement et on ne peut pas aller à l’encontre de ce vote. Certes, 70% des étudiants ne sont pas en grève, ils sont retournés en classe ou ils ont terminés leur session. Mais tous les sondages démontrent que 80% des étudiants sont toujours contre la hausse. Selon le sondage Haris-Décima, 59% des québécois sont contre la hausse! Ce n’est pas parce les étudiants sont contre la grève, qu’ils sont pour la hausse. Beaucoup veulent terminer leurs études le plus rapidement possible. Heureusement, il y a ceux qui pensent aux générations futures. Les étudiants qui veulent retourner en classe doivent voter démocratiquement contre la grève dans leur département. Point. Ce n’est pas à coup de loi et de matraque qu’on règle un conflit, c’est avec la voix et le vote.

Qu’arriverait-il aux prochaines élections si les libéraux étaient élus à l’opposition? Ils ne respecteraient pas la démocratie et demanderait des injonctions et une loi spéciale pour retourner au pouvoir? Ceux qui voteraient pour les libéraux auraient un gouvernement parallèle pour eux? Leurs propres choix et leurs idéaux? Les fondateurs de la démocratie athénienne se retournent dans leur tombe.

Encore une fois, le premier Ministre du Québec a fait un fou de lui.

20 Avril 2012, Montréal.
Encore une fois, le premier Ministre du Québec a fait un fou de lui. Ça fait plusieurs semaines qu’il demande aux mouvements étudiants de condamner la violence. Est-ce qu’il condamnera son arrogance et sa confrontation envers eux?  Pendant que des policiers et des étudiants sont blessés . À l’approche d’un immense rassemblement ce dimanche 22 Avril à Montréal. Jean Charest trouve le moyen de rire des manifestants devant des riches et des hommes d’affaires du Plan Nord. Notre premier ministre n’a plus aucune crédibilité, où est le leadership en temps de crise? Rire de leur gueule, c’est de la confrontation, ça ne va pas calmer les tensions!

Je suis contre toute forme de violence, mais la lutte étudiante est légitime. Le gouvernement par les médias essaie à tout prix de faire passer toute cette violence sur le dos des étudiants. Encore une fois, il veut déplacer le débat ailleurs. Il veut désinformer la population québécoise, mais nous ne sommes pas stupide. Ce n’est plus qu’un simple combat étudiant, c’est devenu le combat de tous les québécois et québécoises contre ce gouvernement corrompu.

– îlot voyageur 400 millions flouées.
– CHUM de 1.2 milliards à 3 milliards.
– Train de l’Est de 300 millions à 715 millions.
– Système informatique de santé de 547 millions à 1.7 milliards.
-Gentilly 2, la gestion du nucléaire, contrat à Trans Canada de 200 millions indexé par années. Des milliards en perte!
– Échangeur Turcôt de 1.2 milliards à 3 milliards .
– Université Concordia, bonus injustifé de 3.1 millions aux recteurs.
– Construction et évasion fiscale, attribution de contrats: 4 milliards annuellement.
– Plan Nord, des milliards d’infrastructures subventionnées à perte.
– Caisse de Dépôt 40 milliard en pertes/vol investissement à risque.
– L’abolition de la taxe du capital 2.2 milliards$
– île d’Anticosti plusieurs millards floués: Hydro-Québec, sous les ordres de Jean Charest, a vendu l’île d’Anticosti à Pétrolia pour une bouché de pain à ses chums de Powercorp.

J’EN PASSE DES DIZAINES comme ça… Au profit des entreprises, des corporations, les amis du parti libéral. Encore une fois, le peuple est laissé avec des miettes, les fameuse redevances du ministre Bachand.

Vous croyez que les étudiants ne font pas leur juste part? Leur juste part, ce sera leur grande contribution en impôts pour la société québécoise. Ça va être eux qui vont payer la grande partie de la facture; elle sera très élevé, beaucoup plus élevé que la dernière. Ils auront les services publics qu’ils pourront se payer: des hôpitaux remplis de baby-boomers, une pension de plus en plus petite.

L’orgueil, l’arrogance et la condescendance de Jean Charest va coûter très cher aux contribuables québécois. Qu’est-ce qu’on voulait aller chercher en haussant les droits de scolarité et qu’est-ce qu’on a obtenu? Concrètement, on avait rien de bon à aller chercher. C’est une erreur lamentable avec beaucoup de répercussions. On le savait, c’était inévitable que les étudiants n’allait jamais reculer. Je suis fier de voir ces jeunes manifester, non seulement contre la hausse, mais aussi contre la censure et la corruption. Ça nous coûte des millions à chaque jour cette crise. Depuis 2005, on savait très bien que le mouvement étudiant et la société ne voulait pas d’un système d’éducation qui coûte cher. Nous avions fait un choix collectif de geler les droits de scolarité. Collectivement, ensemble, un choix de société! Nous ne voulons pas d’un système d’éducation dispendieux au Québec où seul les plus riches y ont accès. Tranquillement, c’est ce que le gouvernement libéral du Québec veut nous imposer. Ce sera quoi dans 4 ans après la hausse de 75%, si nous laissons cette décision aller. Allons-nous réellement répéter les erreurs de l’Angleterre? Ils ont augmentés les droits de scolarité à un très haut niveau. La réaction: Émeutes, cassures, fréquentation scolaire à la baisse, indicateurs sociaux économiques en chute libre. Il faudrait prendre exemple sur les pays avec les meilleurs services publics où l’éducation est gratuite; de la maternelle jusqu’à l’Université.

Notre système d’éducation est dispendieux, c’est un service public important. Sur notre dette publique québécoise (+ de 200 milliards $) la dette des Universités représente moins de 1%. Le système d’éducation est très mal géré, ce qui a un impact sur la qualité de l’éducation, mais il ne créé pas de dette supplémentaire. Alors, ce n’est pas vrai de dire qu’augmenter les droits de scolarité va réduire une partie de nos impôts, c’est un mythe! Par contre, au niveau économique et social: l’impact est très significatif!

Augmenter les droits de scolarité, c’est demander aux étudiants de travailler plus pendant leurs études ce qui a l’effet de détériorer leurs résultats scolaires, augmenter le taux de décrochage, diminuer la fréquentation scolaire. Le résultat: nous avons des étudiants moins bien formé pour la vie. Moins bien appuyé, pendant la période la plus importante de leur vie. De plus, nous savons très bien qu’un peuple moins éduqué est plus malade, le taux de criminalité augmente. C’est ce qui coûte cher sur nos impôts au bout de la ligne. Je suis prêt à payer des impôts et contribuer au succès des étudiants lorsqu’ils en ont véritablement besoin. L’avenir ne sera pas de tout repos pour cette génération.

La décision de Jean Charest: la hausse des droits de scolarité.

Coût social pour les contribuables: perte des taxes et impôts générés par le travail estival, retard d’un an des étudiants sur le marché du travail (ÉNORME), manque de main-d’œuvre pour remplacer les vacanciers pour l’industrie du tourisme, etc., coût de la « sécurité » autour des manifestations, coût des relations publiques et du marketing pour convaincre la population, coût d’une possible session beaucoup plus longue, possible double cohorte l’an prochain… Les frais en temps supplémentaires pour les policiers qui gère la crise plus tous les avantages sociaux qui s’y rattache. Les policiers de Montréal doivent êtres exténués. Tout ça c’est causé par la mauvaise décision de Jean Charest, on le savait! Ça avait pété en 2005. Pour ce qu’on avait à aller chercher dans la poche des étudiants ça va nous en couter 100 fois plus cher.

Le gouvernement libéral de Jean Charest ne veut pas reculer par orgueil idéologique. Fin de mandat, stratégie politique. Veut-on collectivement d’un gouvernement qui cherche toujours à se faire réélire OU un gouvernement qui écoute son peuple?

Moi, je négocierais.