Les chroniques du gardien # 1

3 am…

Nouvel emploi. Gardien de sécurité au Château. Retour aux sources. Faut ce qu’il faut. Ça fait du bien de parler aux gens. Les itinérants qui viennent se réchauffer pour faire caca, les ivrognes, les fêtards et les sniffeux de poudre dans les chiottes. Des gens qui parlent beaucoup à trois heures du mat’. Je me sens comme une barmaid. Hier, j’ai mis fin à une bousculade, deux jeunes professionnels arrogants qui avaient passé trop de temps dans les toilettes. La drogue des riches. Invincibles, ils s’amusaient à se plaquer sur les murs, le problème, c’est les dommages. C’est moins drôle de payer le lendemain.

Il y en a beaucoup des salles de réception, ici. Je croyais pouvoir faire ma ronde de sécurité en paix. Non. Ça n’existe pas la paix, ici. J’ai rencontré un homme de vingt-cinq ans, inconscient sur le sol. Il parlait trois langues en même temps. Sa femme aussi. «Papi, me amor, réveille toi, wake up!» Dead Obies peuvent aller se rhabiller.

Sa femme et ses amis riaient de lui, jusqu’au moment où il a chié dans son pantalon luisant, et vomi sur son veston neuf, avec sa belle cravate brillante, on aurait dit qu’il l’avait empruntée à son père. Ça venait peut-être de chez Moores. Qui sait? «Vous pouvez nous aider à le trainer jusqu’à la voiture Monsieur?» «Oui, avec plaisir!» Les gens s’amusent, les fêtards, tout le monde doit décrocher le week-end, n’est-ce pas? Joyeuses Fêtes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s