Nos débats publics, le reflet d’une société stupide.

Parfois, le débat public devient de l’acharnement. À ce moment, il ne sert plus la société, il n’améliore ni la condition des citoyens ni le bien commun. Trop souvent, il sert seulement à diviser la population et enrichir le quatrième pouvoir. Je n’écris pas pour me faire des amis. Loin de moi une carrière politique, je ne serai jamais capable de baisser mes culottes pour plaire à la majorité, tout en acceptant des enveloppes brunes ou des billets de spectacles. Certaines personnes diront que je suis condescendant ou que je me crois plus intelligent que les autres ; ça me dérange autant qu’une armée de mouches sur le cul d’un cheval lors d’une magnifique journée d’été. Je n’ai pas peur de le dire, je trouve que notre société, pour la majorité des gens, est de plus en plus stupide. Voilà, c’est dit. J’ai ce syndrome narcissique occasionnellement. Tant pis. Tout en haut de ma tour que j’ai construite, je continue de porter un regard critique sur la société, en gribouillant et en marmonnant dans mon salon. Il y a eu des avancements inimaginables en technologie, mais tout porte à croire que l’Homme est arrêté à des nouvelles en rafales et des outils éducatifs primaires. Plus la technologie facilite la vie des gens, moins la population cherche à s’améliorer et à faire des efforts.

Depuis quelques années, la qualité des débats dans les médias et sur Facebook est en chute libre. Les livres s’empoussièrent dans les bibliothèques. Les images de burkinis et de pitbulls sont partout, les sites satiriques, les potins,  cette grande mascarade emmerdante continue d’enrichir les médias modernes. Notre société est apolitisée, ici comme au sud de la frontière, facilement manipulable et de moins en moins éduquée. Des pantins et des personnalités publiques deviennent politiciens, nous avons les élus que nous méritons. Les bancs d’école se vident, il est de plus en plus facile de survivre sans effort, le strict minimum intellectuel est à la mode. Ça va mal au Québec, c’est la faute aux musulmans, encore eux. Tout pour détourner l’attention des vrais enjeux. Demandez à n’importe quel propriétaire de média : dans la dernière décennie, quel est le sujet le plus payant ? Sans hésiter, les minorités religieuses, la différence, la burqa, le niqab et le burkini.  Nos politiciens participent à cette bêtise en menant des campagnes sur ces sujets. Le pays pourrait être au bord de la faillite, nous pourrions vous déposséder de vos richesses naturelles, vous voler à votre insu avec les paradis fiscaux, l’écart entre les riches et les pauvres pourrait devenir gigantesque, les politiciens pourraient couper dans les services à la population; peu importe, un seul mot restera sur toutes les lèvres cet été : burkini.

Je pose la question sincèrement, avec une grande délicatesse. Sommes-nous devenus une société de débiles mentaux hypnotisés par Facebook, par les radios-poubelles et les polémistes ? L’austérité fait des ravages dans les hôpitaux et les CHSLD. Il y a des coupures sans précédent dans nos CPE et nos écoles. Je parlais dernièrement à une amie, une intervenante auprès des jeunes en difficulté. Elle me racontait qu’elle ne pouvait plus travailler comme aide pédagogique à son école à cause des coupures. Elle est maintenant obligée de travailler dans des lieux différents par manque de financement. Elle n’est plus capable d’exercer son travail comme elle devrait, elle a de la difficulté à créer des liens de proximité avec les enfants, parce qu’elles les voit moins fréquemment et à différents endroits. Elle se promène d’une école à l’autre comme le laitier ou le facteur. Malheureusement, ce n’est qu’une histoire parmi des milliers.

Au lieu de parler de ces enjeux, Jean-François Lisée mène sa campagne autour de la question identitaire. On dirait un vieux conseiller politique qui fonde ses opinions sur les sondages. Son public cible ? Les cinquante ans et plus grincheux qui chialent tout le temps. Si j’étais son conseiller politique, je lui dirais la même chose. Une femme en burkini, diantre, doux Jésus, je retourne tout de suite chez Alphonsine écouter «Les Filles de Caleb» en DVD. La différence, les minorités religieuses, c’est tellement effrayant ! Voici ce que Lisée a ronchonné hier soir « Comme toutes les autres sociétés, le Québec devra débattre, bientôt, de l’interdiction de la burka, du niqab et du birkini dans l’espace public. Nous avons un ennemi déclaré, l’État islamique, qui recrute ici des gens pour poser des bombes. Notre seul choix est de débattre de l’interdiction de la burka AVANT qu’un jihadiste s’en serve pour cacher ses mouvements pour un attentat, ou APRÈS. »

Je n’ai jamais entendu quelque chose d’aussi stupide. Faire un lien aussi rapide entre l’État islamique et le « birkini », il faut le faire. C’est fait. Puis, j’ai lu les derniers vomissements de Duhaime : « Pourquoi la Charte des droits et libertés ne permet pas au gouvernement d’intervenir et protège les musulmans radicaux qui veulent le burkini, mais le même gouvernement m’empêche de me baigner nu sur une plage publique ou dans une piscine publique ? Va-t-il falloir que les nudistes fondent une religion pour jouir des mêmes droits que les musulmans radicaux ? »

Tant et aussi longtemps que les médias offriront leurs tribunes à ce genre d’imbéciles pour faire de l’argent, tant et aussi longtemps que certains politiciens mèneront des campagnes sur des sujets du genre, le mouvement indépendantiste du Québec reculera. Il y a quelque chose de noble et perdu en politique et dans les médias. Le pouvoir d’élever le débat. Le pouvoir d’amener le regard des gens sur des questions éducatives et des enjeux essentiels pour notre société. Je me rappelle pourquoi je suis devenu indépendantiste. À treize ans, je visionnais en boucle les entrevues de Chartrand et de Bourgault, des hommes passionnés et passionnants. À quatorze ans, j’avais vu tous les discours et cours de René Lévesque devant son tableau, j’écoutais les discours et la pédagogie de Jacques Parizeau, l’œuvre de Gilles Carle, les nombreux documentaires sur notre culture populaire et les conférences de Pierre Falardeau dans les écoles. Je voulais apprendre d’où nous venions, j’étais passionné d’histoire. Les sujets et le débat public étaient intéressants. Le projet de société était bien vivant. Désormais, il ne reste que ce vide géant à combler, comme une vieille peine d’amour.

Enfin, personnellement, c’est ce qui avait allumé ma flamme souverainiste, depuis ce temps la politique québécoise a bien changé. Les débats futiles prennent toute la place et ça ne forge pas des souverainistes, loin de là. C’est bon pour les lâches, c’est bon pour les indépendantistes sans colonne, les perdants des derniers référendums, les vieux Québécois grognons qui n’ont plus envie de se battre. À quoi bon se battre, c’est tellement plus facile de juger les autres et de pointer du doigt ? Pensez-vous vraiment que vous allez intéresser les jeunes et les nouveaux arrivants à faire un pays ? Capitaliser sur l’imbécillité humaine, quelle honte. Le vrai défi est de convaincre, pas d’entretenir, le vrai défi est d’éduquer, pas d’abêtir.

33 réflexions sur “ Nos débats publics, le reflet d’une société stupide. ”

  1. Comment est-ce possible de critiquer des jeunes filles qui se baignent en burkini sur une plage!!!! Moi je n’aurais même pas remarqué ça! Il n’y a certainement rien d’indécent à un burkini. Bien au contraire!!! On veut les forcer à mettre un bikini ou monokini!!! Cela me choque de voir des soit disant nudistes qui sont bien plus souvent des exhibitionnistes narcissiques (surtout les hommes) qui fixent les jeunes passantes avec un air de « regardez-moi ». Si on tolère ça, tout peut être accepté. Si ces jeunes musulmanes n’ont pas eu l’éducation de se dévêtir en public, pourquoi veut-on les obliger à le faire!! Chacun fait ce qu’il veut et se baigne comme il veut. C’est une honte de voir une provocation de la part de ces jeunes musulmanes en burkini et pas de provocation devant un homme exhibitionniste!!! Il n’y a pas de provocation de la part des jeunes musulmanes, mais ces hommes qui exhibent leurs bijoux de famille sûrement!! Surtout qu’ils ne se gênent pas sur les plages ordinaires de Saint-Tropez!!

    J'aime

    1. Oui mais le burka c’est un sujet de controverse et l’Austériuté gouvernemental, et il est social-démocrate ,mais lui c’est l’attaché de presse piluitiuque de Heabm François Lisé donc ça lui vaut le statut de leader avec la politique québécoise derrière la tête. C: Étienne Simard

      J'aime

    2. Bonjour, tout d’abord félicitation pour votre texte tellement vrai et raisonné. Je suis né ici au Quebec et j’en ai vu de toutes les couleurs parmi toutes les ethnies et la seule qui devrait avoir honte c’est le Québécois typique fermé au monde qui encourage les stupidités des médias contrôlés par des gens riches et malintentionnés comme Trump. Ils ont réussies leur coup en nous divisant pour nous faire accepter toutes sortes de compromis stupides qui baissent nos libertés et nos richesses collectives et individuelles. Pourquoi toujours s’en prendre à des peuples différents de nous sans vraiment chercher la vérité!!? Avez vous déjà été voir la situation là bas pour les juger….moi oui et tout le monde me disait que j’étais fou d’aller seul en pays islamique et que je me ferais tuer…BULLSHIT ils m’ont accueillis comme un prince, m’ont nourris plus que je pouvais manger, m’ont dévoilé la richesse derrière le voile, m’ont ouvert les portes de leur vie privée…ils en avaient déjà trop fait et ils se sentaient coupable de ne pas en avoir fait assez pour rendre mon séjour paradisiaque. Ils sont pauvres pendant que leur gouvernement corrompus les volent en construisant des mosqués à 1 milliard et ils iront se ruiner pour me nourrir alors qu’ils ne me devaient rien. Un coeur en or, des valeurs de pudeur et de respect envers les femmes, une égalité des tâches domestiques et un respect profond des différences des autres cultures et religions…voilà ce que j’ai découvert à mon grand étonnement. Ils sont si pauvres matériellement mais si riche de valeurs. Jamais plus je n’oserais parler en mal des musulmans et croire cette bullshit des médias qui nous zombifie. Amen

      J'aime

    3. De toute évidence vous n’avez rien compris! Nous voulons une société plus laïque mais certains montre et hexibe de plus en plus leur croyance religieuse. Non merci!

      J'aime

  2. C’est vraiment dommage de constater ce déferlement d’animosité sur ce thème créer de toute pièce cet été et qui abreuveras les petite ruisseaux de la radicalisation des laissés pour comptes issus des banlieux. Que signifie Daech ? Son acronyme en arabe est «Dawlat islamiya fi ‘Iraq wa sham», qui veut dire l’État Islamique en Irak et au levant. Le sens est très bien exprimé, mais l’idéologie n’est pas bien affichée. Daech a été créé en Irak en 2004 par les Américains (Al-Qaïda a été créée sous l’administration Reagan puis amélioré sous Bush son GMO et finalement continue sous Obama). Cependant, lorsque «le printemps arabe» a été déclenché en Tunisie fin 2010, Daech était resté cloîtré en Irak, avec un effectif selon les statistiques médiatiques d’environ 5 200 éléments.( Tout une panoplie d’armes légère et Lourde issu du contingent Américain ont été laisser à ces Barbares sans FOI NI LOI DIVINE) ..Ils n0nt aucun Docteur en théologies pour leurs prédiction dans les contrées qu’ils ont acquis par la barbarie et de ce fait les jeunes des banlieusarde déracinés de leur culture d’origine sont facilement berner par des faux prophètes ( Soit disant IMAM)…Quels gâchis sur la terre des droits de l’homme ,de Victor Hugo et celle de Robespierre !!!!!!!

    J'aime

  3. Bravo monsieur Hotte pour votre analyse.Je partage totalement votre analyse .J’ai 71 ans et ancien souverainiste Le nationaliste de droite ce n’est pas mas tasse de thé.Yves

    J'aime

  4. Notre réalité individuelle est composée des choses sur lesquels ont focus le plus. En observant la réalité déjèa manifesté, en y pensant, en marmonnant à son sujet, nous sommes alors témoins d’encore davantage de personnes/choses/situations du même genre. Mieux vaut focusser sur tes désirs et tes passions comme tu décrivais dans ta jeunesse! Parle de tes passions passées pour les raviver dans ton présent. Cherche des gens qui te stimule et t’énergise ou lieu de chercher des gens à critiquer. Tu es le créateur de ton monde alors si tu n’aimes pas ce que tu vois, tu peux changer ton focus pour attirer à toi une réalité différente peu à peu. Sert toi du contraste dont tu parles dans ton article pour savoir ce que tu veux vraiment et utilises ce tremplin pour foncé vers ce qui te fais du bien!

    Le vrai défi n’est pas de convaincre mais d’inspirer en commençant par ça propre personne.

    J'aime

  5. Vous ne pouvez vous imaginer, M. Hotte, à quel point votre propos rejoint le mien. Hormis bien sur l’allusion au PQ actuel. Ce sujet mériterait, n’en doutez point, une discussion plus élaborée. Bravo pour votre texte…

    J'aime

  6. Merci pour ce texte plein de sens. Je partage votre amertume lorsque vous traiter du mouvement indépendantiste. En fait, je dois dire que de faire le pont entre les deux sujets relève d’un certain tour de force.

    Merci pour ce texte criant de bon sens.

    J'aime

  7. Pas du tout d’accord
    Vous banalisée un débat de surface
    D’une société simple Mais qui est une réflexion direct d’un sérieux problèmes
    Bien sûr beaucoup plus profond.
    À titre d’exemple vous allez sûrement me trouver ignorant mais je crois qu’un symbole religieux aux olympiques n’a pas sa place..!

    J'aime

  8. Ce n’est pas propre au Québec ce nivellement par le bas des débats publiques. La libéralisation du transfert d’information (facebook et l’internet en général) permet une diffusion de contenu sans filtre de qualité et fait remonter à la surface les opinions aillant généré le plus de cliques grâce aux algorithmes informatiques. C’est donc normal (même si c’est triste) de voir pulluler du contenu qui vient réconforter les personnes qui ne veulent ou ne peuvent pas donner d’effort pour comprendre le monde dans lequel ils vivent. Ce contenu est donc hyper-simpliste et justifie les maux de la modernité sur ce qui est inconnu à cette masse d’individus : les étranges, qu’ils le soient sur des bases ethniques, d’orientation sexuelle, ou d’identité sexuelle.

    Je trouve cet article un peu chauvain. Comme si certains américains n’avaient pas honte de Trump, ou que des britanniques n’avaient pas aussi honte du UKIP et du mouvement Brexit, ou que des français n’avait pas honte du FN et des Le Pen, etc. Il y aura toujours des personnes lâches pour profiter des possibilités de massification du politique, de rassembler des personnes qui se sentent mise de côté par l’establishment politique. C’est cependant trop simpliste de croire que cette attitude résume le politique, et surtout de croire qu’elle est propre au contexte québécois.

    J'aime

  9. Sous l’emprise des entreprises
    Le médias médisent
    Mais disent qu’elles analysent en toute franchise
    Et pendant qu’il y aura des valises
    Qui les écoutent et les lisent
    Ils écriront des bêtises
    À leur guise.

    Loco Locasse

    J'aime

  10. J’ai vécu dans un quartier d’une grande ville française dans les années 1970/1980.
    J’ai côtoyé beaucoup d’immigrés : portugais, polonais, pakistanais, marocains, tunisiens, algériens … Et tout ceci en bonne harmonie.
    Dans mon collège, aucune fille voilée, dans les rues aucune burqa.
    Alors votre analyse le fait bien rire. A l’époque, les immigrés venaient pour travailler et s’intégraient facilement. Chacun venait avec sa culture et restait discret avec sa religion.
    Alors pourquoi n’est ce plus possible maintenant? Peut etre parce qu’on n’émigre plus en ayant cette volonté de s’intégrer. Personnellement je suis allée en Algérie et au Maroc (en vacances) et ai porté des tenues correctes : pas de short court, pas d’épaules dénudées par respect pour les populations locales et il ne me viendrait pas à l’idée de militer pour pouvoir faire du nudisme en Arabie saoudite ou au Qatar.
    Alors oui cette histoire de Burkini m’interpelle, car pour moi ce sont des revendications religieuses qui n’ont pas lieu d’être dans des pays laïcs.De plus ce sont souvent des revendications de personnes nées dans des pays occidentaux qui ne sont que pures provocations.

    J'aime

  11. Super, mille bravo. Enfin un article digne de ce nom. La corruption ronge le Québec personne n’en parle. Toutefois on a peur de vêtements. Le foulard islamique va nous envahir, et si on fait rien un pitbull va nous mordre le derrière. Encore une fois mille bravo.

    J'aime

  12. Il faudrait déjà faire une distinction entre musulmans et islamistes. Les islamistes (wahhabites) mènent une guerre sans merci contre les musulmans chiites et sunnites qui ne partagent pas leur idéologie. Ils sont implantés dans plus de 80 pays et travaillent à la radicalisation de jeunes, en particulier dans les écoles. Le burkini et la burqa sont deux symboles de l’islamisme rigoriste wahnabite et n’ont rien à voir avec l’Islam « modéré ». Je vous invite à lire le texte de l’éditeur égyptien Aalam Wassef : « Dans une tribune publiée par « Libération » ce 17 août, l’éditeur égyptien Aalam Wassef soutient l’interdiction du burkini par certains maires français, refusant toute attaque en « islamophobie » et expliquant qu’il en va même de la survie de l’islam, menacée par la mouvance extrémiste wahhabiste depuis plus de deux siècles, celle-là même qui a imposé ses règles en Arabie saoudite. »
    « Ne soyons pas naïfs sur le symbole de cette étoffe. » Dans une tribune publiée ce 17 août dans Libération, au sein d’un ensemble consacré au débat sur le burkini, l’éditeur égyptien Aalam Wassef revient sur l’idéologie cachée derrière cette tenue de bain islamique, celle d’une mouvance extrémiste de l’islam : le wahhabisme.
    Non, les règles imposées par le wahhabisme n’ont rien à voir avec la liberté d’expression, explique-t-il en substance, rappelant comment la mouvance – appelée plus souvent « salafisme » – a progressivement imposé sa loi en Arabie saoudite. « Au milieu du XVIIIe siècle, début-t-il, quand il émerge en Arabie saoudite, le wahhabisme est immédiatement mis au ban de l’islam. Puritains autoproclamés, les wahhabis promeuvent en effet un rejet total et meurtrier de toute forme d’islam ou de pratique religieuse différente de la leur.
    Au coeur de l’extrémisme de ces Saoudiens, il y a bien entendu la femme, qui ne peut ni sortir seule, ni conduire, ni évidemment montrer le moindre petit bout de son corps. Il y va de sa dignité, veulent faire croire les wahhabites, et surtout de celle de son mari. « Derrière le niqab ou le burkini, c’est aussi cela qui s’exporte en France », souligne Aalam Wassef, combattant l’idée qu’il ne s’agirait là que d’une « mode » islamique. »
    http://www.marianne.net/aalam-wassef-il-n-y-aucune-honte-barrer-route-extremisme-islamiste-tous-les-moyens-legaux-possibles?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1471439919

    Egalement, un excellent documentaire qui décrypte la confrérie des Frères musulmans, sa génèse et son projet politique :

    Partout où ils s’implantent, ils procèdent toujours de la même manière : prise de possession des mosquées par des imams radicaux, imposition des symboles rigoristes, rejet des infidèles et « mécréants » avec lesquels il ne faut pas se mélanger, formation de djihadistes qui iront se battre avec l’EI ou commettront des attentats dans le pays hôte, etc.

    Comme le disait l’auteur algérien Boualem Sansal, qui a vu une partie de ses proches assassinés par ces extrémistes : « Ne soyez pas dupes, leur seule et unique vocation est de vous détruire ». Et cela inclus tous les musulmans qui ne pensent pas comme eux ainsi que les « mécréants » que vous êtes à leurs yeux.

    J'aime

  13. Je me permets de vous transmettre le commentaire d’une amie ayant réagi à votre article que j’ai partagé sur ma page Facebook:

    Tres beau texte… qui peche cependant sous un aspect. Vous mettez tous les « vieux » dans le meme paquet sous l’etiquette des « vieux grincheux souverainistes ». Vous savez, chez les gens de plus de 50 ans, il y a aussi des gens qui reflechissent aux mouvements de societe et a l’avenir du Quebec et du mouvement souverainisme… D’ailleurs, ce ne sont pas les vieux qui innondent les medias sociaux de commentaires debiles… ou qui joue au pokemon go… Votre propos est par ailleurs excellent… Evitez seulement d’ostraciser les « vieux »… sinon vous perdez en credibilite…

    J'aime

  14. Ben moi je me demande à quoi servent les pédiluves à l’entrée des piscines si on peut faire sa lessive dans l’eau ? je compte aller prochainement nettoyer mes habits de chasse, pêche, blousons, bonnets, bottes en caoutchouc, basquets, etc …. dans toutes les piscines désormais !!! 😀 mais je suis sûre que je vais me faire jeter et qu’on va me jeter des cailloux ! lol !!!! – Oh Dommage !!!

    J'aime

  15. Vous citez Duhaime et j’admet que ses propos sont souvent imbéciles mais son rapprochement entre une chose ( le burkini) et son contraire ( la nudité) est inévitable et très politique comme on peut le constater avec le mouvement FEMEN.. Oui il y a un rapprochement à faire entre le burkini et son contraire qui est la nudité car on a souvent l’impression que la liberté individuelle est secondaire à la liberté religieuse dans ce beau Canada inclusif qui sous prétexte d’ouverture est en train de réassocier les domaines politiques et religieux. En d’autres mots je ne vois pas au nom de quel principe on peut interdire la nudité si on autorise son exact contraire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s