Fort McMurray, la plus belle ville du monde.

(La suite…)

J’ai quitté la maison de Maurice aux petites heures du matin avec un sac de vidange rempli de vêtements, mon ordinateur fabriqué avec du pétrole et quelques bouquins.

Pendant que les gens faisaient la fête dans les bars du centre-ville et au « Boomtown Casino », moi je travaillais de nuit à la mine.

Seul, terriblement seul au beau milieu de la forêt boréale. Le ciel et les étoiles étaient magnifiques, la grogne et les murmures des animaux me glaçaient le sang. Aller pisser, c’était une mission périlleuse. Il m’est arrivé de courir les fesses à l’air vers mon shack pour fuir les grognements qui venaient du bois. Au moins, si un carcajou voulait ma peau, j’étais armé d’une grosse sirène au bout d’une cannette d’air compressé.

Je me suis souvent demandé c’était comment ici avant. Quelques arbres encore vivants offraient généreusement de l’ombrage aux forêts rasées à perte de vue. Les oiseaux venaient mourir dans les lacs empoissonnés.

Pourquoi me payait-on aussi cher la nuit, pour ne rien faire? Principalement pour éloigner les journalistes et les écologistes venus prendre des photos de cette déchéance. Sinon, pour expulser les plus téméraires, ceux qui passaient illégalement les barrières.

FortMcMurray_Forest

« Good Morning Frog »

Comme agent de sécurité, je passais mes journées et mes nuits seul dans une petite cabane. Construite temporairement, elle aussi. J’étais le gardien du Silence. Seul à écrire quelques mots dans mes cahiers, je sortais fumer à l’occasion pour oublier l’ennui. Moi aussi, j’étais triste.

J’adorais travailler de nuit, les pick-ups aux puissants moteurs retournaient chez eux, je n’avais plus à fouiller l’intérieur des camions. Saisir de la drogue ou de l’alcool, c’était mon quotidien. Les travailleurs savaient comment dissimuler leur dépendance dans les moteurs, dans le compartiment à lave-vitre. Ils poussaient l’audace en se collant ça sur les parties intimes ou dans le trou du cul. J’ai du guts, mais pas tant que ça.

À la barrière, je me faisais insulter à cause de mon accent : « Good morning Frog, it’s you again, will you search my truck? » Sinon le classique: « I can’t believe you guys are stealing our jobs, go back to your fucking Kwebec». Je me contentais de sourire.

Kokanee

Après mon court séjour chez Maurice, un ami de la mine me proposa d’aller vivre avec lui,  chez Miranda, une veuve dans la soixantaine. Son mari avait travaillé toute sa vie dans le « Mac ».

Miranda était alcoolique et extrêmement désagréable. Je partageais sa peine, je comprenais son malheur. Les caisses de Kokanee étaient plus présentes dans son garage que la nourriture des quatre chambreurs. Quatre garçons de mon âge. Cette pauvre femme buvait une douze par soir, elle me donnait souvent un billet de 50$ pour aller chercher de la bière au dépanneur avec son vieux Ford Ranger.

Quelques années auparavant, le mari de Miranda était mort du cancer. Elle en voulait profondément à cette ville. « Why do you think he died from cancer? », « I’ll tell you, this fucking city killed him », «This shithole will have me too ».

Ce jeune couple d’ingénieurs était venu de l’Ontario pour faire fortune.  Une femme intelligente, mais profondément blessée. Miranda avait travaillée toute sa vie dans les mines. Très jeune, son fils du même âge que nous, l’abandonna pour faire sa vie loin d’elle, loin de Fort McMurray. Il ne voulait plus lui parler. Elle, en parlait à chaque jour. Je lui ressemblais, me disait-elle en pleurant sur mon épaule.

Millionnaire, ça oui, elle l’était ! Elle avait inventé un système d’extraction du bitume au début des années 80. Désormais, elle vivait seule dans son sous-sol ou bien elle se couchait dans le salon près du garage. Plus près du réfrigérateur à bière…

Lorsqu’elle avait trop bu, elle gémissait ou venait cogner à notre porte pour nous parler. On pouvait souvent l’entendre pleurer avec son Husky dans les bras.

Miranda est morte récemment. Cancer du foie.

Une cigarette en français

Un soir de congé, j’ai décidé de me changer les idées et d’aller aux danseuses, convaincu par quelques amis.  Il y avait plusieurs prostituées, de jeunes femmes autochtones dans les rues avoisinantes. Une fois à l’intérieur, il fallait laisser toute sorte de respect à la porte. Les femmes ne se contentaient pas de danser. Elles s’assoyaient par terre, s’ouvrant les jambes pour un pot en plastique ou en vitre devant leur vagin.. pour y recevoir du change. Toutes venues travailler à Fort McMurray, c’est plus payant là-bas. Les travailleurs aux gros bras et les hommes d’affaires se bidonnaient en lançant des 25 cents dans le pot et sur les corps nus des jeunes femmes.

Après deux heures, j’en avais assez. Nous sommes allés fumer une cigarette à l’extérieur. On parlait français. Un homme trop saoul s’est approché de moi. Il m’a poussé au torse sans aucune raison, je ne le regardais même pas. Je suis tombé au sol et je me suis relevé.

« Why did you do that? »

Au même moment, un autre homme m’a frappé au visage et un autre m’a poussé dans le dos. Rué de coups de pieds, je me suis relevé à nouveau. Un autre homme s’approcha de moi :

Why didn’t you fight them, you’re a big guy man. »

–  It’s not worth it.

Un policier qui attendait dans le stationnement s’est approché de moi : « Go home man, you’re drunk, those things happen here ». Puis, ils se sont tous marrés fièrement en me regardant partir au loin. Lorsque je suis arrivé chez moi, comme Miranda, j’ai pleuré en silence dans ma chambre.

J’ai continué à travailler pendant quelques mois sur la mine. J’étais très bien payé pour écrire au beau milieu d’une forêt. À ce moment de ma vie, c’était parfait pour moi. Et puis, un soir, trop écoeuré par cet endroit, j’ai réservé un vol de retour.

tipjar

 


Retour sur mon premier article. Fort McMurray, le trou du cul du monde. Quelques précisions et commentaires.

Le trou du cul du monde?

Je l’avoue, je savais bien que ce titre allait susciter des réactions. Pour un instant, j’ai fait un Gendron-Martineau-Fillion-Duhaime de moi-même. Coupable, mais pas pour les mêmes raisons, pas pour les mêmes intentions.

Le trou du cul du monde, ce n’est pas le magnifique territoire autochtone qui bordait la rivière Athabasca. Le trou du cul du monde, ce ne sont pas les habitants. Le trou du cul du monde, c’est un endroit où l’on s’enfonce, où l’on est illusoirement confortable. Savez-vous ce qu’il se passe réellement à travers la fenêtre d’une maison? Ressentez-vous les malheurs, la détresse de certaines personnes souriantes? On m’accuse d’avoir généralisé ; là-bas, ce que j’ai vu c’est une société sans culture, américanisée à l’extrême. J’ai vu des barbares racistes envers non seulement des québécois, mais aussi envers des immigrants qui viennent de partout sur la planète. J’ai vu des gens prêts à tout pour défendre leur butin.

Merci à ceux qui ont compris les nuances du billet.

Vulgaire inconnu sans audience, le trou du cul du monde c’est surtout pour permettre au texte d’être lu. Ce que je dénonce est plus grand que mes ambitions personnelles. Je ressens de la compassion pour les gens que j’ai connus là-bas, je suis profondément blessé par ce qui ce passe à Fort McMurray.

J’écris seulement pour éveiller des consciences, sur un enjeu plus grand que nature. Ce n’est pas de l’Alberta-Bashing, au contraire, je désire voir ces gens moins dépendants au pétrole, plus progressifs, plus heureux.

Trop tôt pour parler de cet enjeu ? 

Je l’admets le timing est controversé. J’ai longuement réfléchi avant de publier mon papier. Suite à plusieurs réflexions, j’ai décidé qu’il n’y avait pas de meilleur moment. Nous sommes à une époque où nous ne pouvons plus regarder la parade passer. Des gens veulent agir, des activistes veulent changer les choses et on leur ferme la gueule de toutes les façons imaginables. Des maisons en rangées avec des garages doubles, c’est du bois qui brûle, les assurances vont payer. Ce drame est moins important que les dommages collatéraux, les drames humains, l’environnement et l’avenir de notre société.

Je ne peux plus tolérer la grande hypocrisie de nos leaders politiques, le statut quo, les paroles en l’air, les sommets sur l’environnement, lorsque concrètement, rien n’est fait. On ne regarde que les chiffriers, les résultats sur l’emploi, le produit intérieur brut. Évidemment, il y a aussi des gens confortables, des gens intelligents, des familles heureuses là-bas. Je ne croyais pas avoir besoin de l’évoquer, il me semble que c’est trop évident. Enfin, le trou du cul du monde se retrouve aussi ailleurs, sous une forme différente, mais avec la même essence.

Ne pas reconstruire n’est pas synonyme de ne pas venir en aide.

Je propose des solutions. Le gouvernement Trudeau pourrait-il investir tous les milliards qu’il a promit dans son déficit budgétaire et bâtir des nouveaux programmes d’emplois, financer des entrepreneurs dans les énergies du futur ? Pourrions-nous utiliser les nombreuses maisons déjà en place, les camps de travailleurs pour la suite des choses? Pourrions-nous réduire progressivement le nombre de travailleurs, ralentir progressivement la production de pétrole? Pourrions-nous relocaliser une partie de ces travailleurs dans d’autres industries moins toxiques, financées par le gouvernement? Je suis de ceux qui croient que sortir du pétrole serait, à long terme, l’investissement le plus rentable de notre génération.

Ce qui m’effraie, c’est que pour quelques décennies, d’immenses maisons soient reconstruites à cet endroit. Encore plus grosses et plus coûteuses qu’avant. J’ai peur de voir ce futur village fantôme s’agrandir. Pourrions-nous cesser toute forme de croissance dans cette ville destinée à mourir? Elle n’est pas la seule dans cette situation, cela ne veut pas dire que nous ne devons pas en parler.

La Beauce

En passant, Maurice, c’est un nom fictif, pour des raisons évidentes. Je n’ai absolument rien contre la Beauce, vous êtes du monde incroyable. Maurice aurait pu venir de Montréal, Québec, Normétal, Terre-Neuve ou Halifax, ce n’est pas important.

À bientôt,

Vous pouvez suivre l’auteur ici: Page Facebook

 


Mis à jour: Jeudi 12 Mai 2016- 15:25

Message au démagogue.

Ce n’est pas la première fois que je t’entends insulter les gens qui ne veulent pas débattre avec toi. Tu sembles en être fier. Personne n’a peur de toi. Tu peux nous traiter de tous les noms, nous n’avons aucune obligation sociale ou morale de te parler sur ta radio-poubelle.
Je te regarde aller et je pense que tu ne respectes pas les faits. Je ne veux pas participer à ton « oeuvre ».

De moins en moins de gens désirent te parler. Comme disait Mark Twain : « Ne cherchez pas à mener un débat avec des imbéciles. Ils vous rabaisseront à leur niveau puis vous battront sur ce terrain-là avec leur expérience.

22 réflexions sur “ Fort McMurray, la plus belle ville du monde. ”

  1. There you go. Le premier étant déjà très clair à mes yeux, j’ai compris immédiatement ce que tu as voulu exprimer.
    La vérité fait mal lorsqu’elle concerne sa propre famille. C’est pourquoi tu as tant de protestations et d’incompréhensions.
    Mais t’en fais pas , y a des gens qui sont capables d’aller voir plus loin. J’ai bien aimé la suite.

    J'aime

  2. Le trou du cul du monde est une expression qui convient très bien à la situation. J’ai vécu la même chose à Labrador City, une ville minière où le ciel était toujours brun marde, rouillé par la poussière produite par l’extraction du minerai de fer. Que font les Labradoriens? Ils font de l’argent. C’est-à-dire ils se saoulent. Ils se droguent. Ils désespèrent dans ce coin de pays perdu qu’ils appellent eux-mêmes Cain’s Land, la Terre de Caïn. Fort McMurray fait partie de ces villes mangeuses d’hommes qui promettent mers et mondes pour n’offrir au final qu’amertume et immondices. Cela dit, tes textes sur Fort McMurray sont de la dynamite. Ils méritent de figurer dans une anthologie ou, mieux encore, dans un récit plus touffu. À vrai dire, je veux connaître l’introduction, le développement et la conclusion de cette histoire déjà épique… Y’aura-t-il une suite? Y’aura-t-il un avant-propos?

    J'aime

  3. Pour l’amour arretez de vous excusez a tout bout de champs parce que vous dites la vérité, votre affaire c’est du vécu et ya juste ca qui compte, vous racontez votre vécu et c’est pour ca que vous etes encore en vie et concient, je suis un jeune vieux de Noranda ou du temps quand on ne parlait pas anglais on était mineur et les Anglos boss
    , ca c’est le vécu de mon pere et un peu du mien so…oui ce que vous avez vu existe car j’en ai moi meme vu des ti bouts en Abitibi du temps des mines…

    J'aime

  4. M. Hotte,

    vous ne devriez pas vous excuser pour votre texte. En 1985, après la fin de mon CEGEP, je suis partie dans l’ouest canadien, en Alberta, comme vous, mais moi c’était pour apprendre l’anglais. Je n’y suis pas restée très longtemps. Après une couple de semaines, je suis partie à Vancouver, trop écoeurée de me faire rudoyer par des rednecks qui me traitaient aussi de Frog, et même parfois de bien pire. En vous lisant, je me rend bien compte que rien n’a vraiment changé dans ce malheureux coin de sous développés culturels.

    Tant qu’à moi, votre texte tombe à point nommé. Je suis parfaitement d’accord avec vous: il faut cesser d’investir dans cette énergie polluante. Allons vers le futur, c’est ce que nous avons de mieux à faire. Surtout que les dommages seront absorbés par votre génération et les suivantes, me semble que ce serait la moindre des choses que d’écouter ce que vous avez à dire et à proposer.

    Lâchez pas! Louise Gagné

    PS: en plus vous avez une très belle plume, ça qui ajoute au plaisir de lire un texte intelligent!

    >

    J'aime

  5. Comme toujours tu sais tirer le meilleur de ton observation pour pondre un texte cohérent et qui fait revivre les émotions … J’ai vécu des situations comparable en Abitibi .. c’est pas faux de dire que partout où passe le marché primaire l’humain et sa vie sont secondaire !!

    J'aime

  6. Bravo – Sortir du « politiquement correct » pour dire les vrais affaires, pour confronter les personnes concernées à la réalité et brasser les consciences. Pour inspirer de meilleurs choix.

    J'aime

  7. J’ai bien aimé connaïtre la réalité et dire que l’on protège l’environnement. on dirait l’ancienne ville de Detroit quand il y avait les manufactures de voitures, tout le monde consommait au bout et regarde la vie maintenant. Merci de nous informer que nous exploitons les humains pour les grosses poches.
    Marie-France

    ________________________________

    J'aime

  8. Enfin un texte sensible et intelligent raconté par quelqu’un l’ayant vécu de l’intérieur. À mon avis, il fait le tour des enjeux que nous tentons si difficilement de faire connaître nous, les « écologistes »! Jaimerais tellement qu’il soit lu par nos dirigeants et par un maximum de citoyens! Merci pour ce beau partage!

    J'aime

  9. M. Hotte,
    Vous écrivez à la plume trempée dans du bonbon qu’on manque avec les yeux et qui énergise le cerveau. J’ai envie de vous prendre dans mes bras, pas de condescendance du tout, mais un échange de compréhension, de partage de sentiments mélangés comme dans le blender. Rage, pitié, tristesse, désir, envie du meilleur pour autrui, même quand il s’acharne à vouloir s’autodétruire. Vos mots tristes mais aussi remplis d’un désir d’espoir pour l’avenir d’un coin de terre mal aimé. J’ai hâte à la parution de votre livre. Et merci pour cet avant-goût d’un bon bouquin.

    J'aime

  10. Salut, ça prend du courage pour dénoncer ce qui doit l’être comme tu la fais au sujet de MAC. Ça prendra aussi beaucoup de courage au PM du Canada pour stopper l’exploitation des sables bitumineux. Je doute qu’étant donné le système politique inféodé au dogme économique pétrolier en soi incapable.
    Il nous reste à bloqué à tout prix Énergie Est et de faire la souveraineté du Québec pour qu’on puisse construite ensemble une économie verte comme nous en sommes capables.

    J'aime

  11. Mon frere cadet est alle vivre en Alberta dans les annes 74-75-76 pendant 2-3 ans et il est revenu en me racontant les plus beaux paysages du monde ( forets et lacs feerique ) mais qu,il avait ete decu par la mentalite des albertins. Je me souviendrai toujours de sa conclusion sur eux «  » Ils ne merite pas de vivre dans cet extradinaire coin de pays «  » Moi j,ai travaille en 2004 dans le grand nord pour 6 mois et J vu et entendu un denigrement epouventable de la part des blancs ( les travailleurs envoles la bas pour faire de l,$$$$$ ) Bundles of $$$$ et de denigrer les inuits constamment. Je suis repartie avec la rage au coeur et honteuse d,etre une  » blanche « . White people «  » J<ai travailler avec les inuits et ils sont un peuple adorable avec le coeur sur la main. Je pouvais leur demander n,importe quoi et me l,aurait servi sur plateau d,argent si ils auraient pu. Mais demander quelque chose aux " blancs "" la bas ….ca coutait CHER ! Je les mets pas tous dans le meme panier mais …. vraiment !!!! On revient amerement decu si on est pas la juste pour le pognon que ca rapporte. Triste !

    J'aime

  12. Wow, tu m’inspire, non pour les propos negatifs et malheureux mais pour ton honneteté qui servira j’espere à venir en aide à cette communauté ou d’autres. Des sociétés perdus influencés par des fausses valeures, comme beaucoup d’autres dans le monde. La vérité reste noble car elle pour but que d’être vrai. Pour croître, grandir et participer à la création d’un monde meilleur, la seul vrai source existante est la véritée. Elle ne sert ni à blâmer, ni à culpabiliser, seulement dénoncer des faits. Une fois ces faits reçus, c’est maintenant à nous citoyen, de se demander dans quel sorte de monde nous voulons vivre et quelle sera ma contribution pour cheminer vers un monde meilleur. Merci encore

    J'aime

  13. Deux textes très bien écrits. J’ai maintenant un côté de la médaille. De l’autre côté, il y a des gens qui sont fiers de cette ville? Des gens qui racontent leur bonheur d’y vivre? Ça se trouve ou pas?

    J'aime

  14. Pour avoir passé deux ans à Fort Mac, j’affirme que tu as frappé directement dans le 1000. Il y en a toujours qui prennent plaisir à tourner les sujets de façon à se démontrer offusqué. Dommage qu’on ressente le besoin de se justifier devant ces personnes alors qu’en réalité, elles ne méritent pas vraiment notre attention puisqu’elles ne cherchent qu’à brasser de la merde par plaisir de le faire. Moi aussi j’ai adoré bien des gens là-bas, mais tous admettent qu’ils n’y allaient que temporairement à l’origine, mais se sont trouvés comme incapables de quitter cet endroit. Il y a comme un piège là-bas, c’est inexplicable, mais ce n’est pas un endroit qui déborde de bonheur. On dirait que plusieurs perdent leur identité. Anyway, just my 2 cents.

    J'aime

  15. Je viens tout juste de lire vos deux articles sur votre vison de Fort McMurray… Percutants et imprégnés d’une bonne dose d’intelligence. Tellement que j’ai décidé de m’inscrire à votre blog. Ma première inscription à vie. Merci!

    J'aime

  16. J,ai bien aimer ,tu ma apris bien des chose que je savais pas.oui il font de l,argent mais il on a qui sont plus pauve qu,avant parce qu,il pense pas a demain il depense trop vite .merci pour ton temoignage sa ouvre les yeux Bravo

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s